Interview

Interview de Cyril LECLERCQ

Voici l’interview de Cyril LECLERCQ artiste digital, Il nous parle de ses inspirations; de sa méthode de travail et aborde l’importance de l’émotion dans le dessin.

Voici quelques dessins dont Cyril LECLERCQ parle dans l’interview:

Marriane dessinée après les évènements du bataclan
Marriane dessinée après les évènements du bataclan
Batman se battant contre le cancer
dessin de Batman se battant contre le cancer par cyril LECLERCQ
personnage du projet BD de cyril leclercq
Personnage du Projet BD de cyril leclercq

L’interview de Cyril LECLERCQ retranscrite

Bonjour les artistes du 9ᵉ Art. Aujourd’hui dans le podcast d’objectif des bandes dessinées dessinée, nous accueillons Cyril LECLERC illustrateur inspiré dans ses œuvres par la culture Franco-belge. Il nous parle de ses inspirations, nous donne des conseils de composition et parle de l’importance de l’émotion dans le dessin. 

FRANCK : Et c’est parti ! Bonjour Cyril LECLERC !

CYRIL : Bonjour Franck.

FRANCK : Je t’accueille dans l’émission du site objectif bandes dessinées, tu es illustrateur depuis quelques années maintenant. Depuis combien de temps tu es illustrateur Cyril ?

CYRIL : En fait, je ne pourrais pas te dire de date précise puisque je dessine depuis l’âge de 10 ans, mais en tant que professionnel, une petite dizaine d’années.

FRANCK : D’accord. Une dizaine d’années, en tant que professionnel qui fait l’illustration principalement de ? Tu fais ?

CYRIL : Moi, plutôt à usage des entreprises.

CYRIL: Il va y avoir d’affiches, un petit peu. Voilà je suis vraiment quelqu’un qui est lié au monde professionnel et tout ce qui est dessin, commande et tout ça moi j’aime bien.

FRANCK : D’accord.

CYRIL : Des affiches, ça peut être des affiches de sécurité, des affiches pour des évènements, des dessins pour des dépliants. Ca va être un petit peu de tout.

FRANCK : D’accord ok ! Donc à côté de ça, tu fais un petit peu d’autres d’illustrations. Quel genre d’illustration tu fais en dehors du travail ?

CYRIL : Moi je suis plutôt dans les illustrations cartoons.

FRANCK : D’accord !

CYRIL : Trait Franco-Belge. C’est-à-dire que moi je suis bercé à Astérix, à Gaston Lagaffe, Franquin, mais aussi toutes cliques des anciens Fluide Glaciales, c’est-à-dire Coyote, Larceny, les Gotlib, les Maester tout ça, c’était mon kiffe.

FRANCK : C’est ce qui t’a inspiré dans ton trait actuel ?

CYRIL : Oui

FRANCK : Oui ?

CYRIL : Oui clairement

FRANCK : On connaît dans ta pâte justement des traits, de Spirou aussi ?

CYRIL : Oui de Spirou

FRANCK : Je mettrais tes illustrations sur le site pour que les gens voient un petit peu le type de trait que tu as. J’ai pu voir des illustrations de personnages de film des années 90 donc j’imagine que ça a du te marquer un petit peu ?

CYRIL : J’ai 47 ans donc c’est clairement ma période, c’est vers les années 70, 80

FRANCK : Moi j’ai 41 ans, je connais un petit peu tout ce qui est John Maclean, Indiana Jones

CYRIL : Exactement ! Tous ces trucs-là, ça a bercé mon enfance donc forcément je les mets là ! Je suis continuel, plus que transformeur.

FRANCK : Ouais, exactement. Et quand tu crées tes illustrations qu’est ce qui t’inspire ?  Comment tu les crées, comment tu les composes ? 

CYRIL : En gros quelqu’un qui va dessiner a l’envie. C’est-à-dire que je dessine vraiment au moment où j’ai envie de dessiner. Voilà quand je commence un dessin pratiquement il faut qu’il soit fini, à la fin. Je ne sais pas faire ça, revenir sur un dessin plusieurs jours après, puis revenir dessus et refaire quelque chose. Quand je fais un dessin pour moi il doit être pratiquement fini, à la fin.

FRANCK : Oui. D’accord ! Tu le commences et tu finis…

CYRIL : Justement je le commence et le finis ! J’ai vraiment du mal à faire des dessins qui sont, ce qui est crayonné, tout ce qui est esquisse, tout ce qui est sketch et machin comme ça, sur un carnet.

FRANCK : Un petit papier …

CYRIL : Mais quand je fais un dessin il faut qu’il soit terminé ! Par exemple, je suis en train de peindre sur ghostBuster par exemple et je l’ai commencé, je l’ai fait par petits bouts, je ne sais même pas si je le finirai un jour parce que voilà je ne l’ai pas fini.

FRANCK : Ouais.

CYRIL : J’aurais dû le finir.

FRANCK : Ouais d’accord. Tu as besoin d’aller jusqu’au bout.

CYRIL : même quand j’ai l’impression que c’est super, quand ce n’est pas fini, ça perdait son intérêt.

FRANCK : Oui. D’accord.

CYRIL : Moi ce que j’aime, c’est le processus de création, c’est-à-dire à un moment donné, d’avoir quelque chose dans la tête et ensuite qu’ qu’il soit sur une feuille de papier ou sur un écran. Moi, je suis plutôt un artiste digital, donc je travaille à 100% sur digital

FRANCK : Oui ! D’ailleurs tu travailles sur quel type de logiciel alors ?

CYRIL : Donc, je travaille sur « Procreate », je travaille avec Clip Studio Paint et aussi beaucoup avec Photoshop.

FRANCK : D’accord ! Et ton processus de création avec ces différents logiciels comment tu fais ça ?

CYRIL : Sur l’une des vidéos sur ma chaîne YouTube, tu peux voir carrément comment se créer un dessin.

FRANCK : Ah.

CYRIL : D’ailleurs tu peux aller voir, J’ai une petite chaîne You tube de 2 abonnés à peu près

FRANCK : T’inquiètes j’en ai 3 moi, tu vois

CYRIL : Justement des dessins que j’ai mis, le cinquième élément, mais en fait voilà tu vois comment se créer une illustration chez nous.

FRANCK : D’accord.

CYRIL : C’est-à-dire que… oui ?

FRANCK : Tu ne jongles pas d’un logiciel à l’autre en fait ?

CYRIL : En fait, c’est oui et non, c’est-à-dire par exemple pour la création et la colorisation, j’ai passé par « procreate ». C’est-à-dire que parce qu’il y a quand même des fonctionnalités qui sont vraiment bien. Voilà, moi j’aime bien avoir des traits lisses, nets.

FRANCK : Oui !

CYRIL : Le digital m’apporte ça, c’est-à-dire que je n’ai pas ce coup de crayon un peu hésitant.

FRANCK : D’avoir un trait…

CYRIL : Et ensuite, faire la colorisation. Quand je veux aller un petit peu plus loin dans la composition, là je vais utiliser Photoshop et j’ai des calques de réglage, des calques des masques, j’ai les masques ici et faire ça, après je fais toute ma composition entièrement sur Photoshop.

FRANCK : C’est le post- processus de création de l’illustration que tu mets en Photoshop ? Ou c’est… Tu fais une…

CYRIL : Oui, c’est-à-dire qu’en gros ça va être dans ce que je t’avais dit tout à l’heure, c’est dans l’esprit du moment. C’est-à-dire que si j’ai besoin d’utiliser Photoshop pour ça j’utilisais Photoshop pour ça.

FRANCK : D’accord !

CYRIL : C’est assez une post prod si tu veux.

FRANCK : Ok ouais !

CYRIL : Mais si j’ai réussi à faire ce que je veux sur Procreate ça me suffit !

FRANCK : Ok !

CYRIL : Tu vois, c’est d’ailleurs que parfois il y a des dessins je peux avoir sur « Procreate » et la compo que j’ai faite me convient largement.

FRANCK : D’accord.

CYRIL : Mais mon travail de graphiste va nous permettre de dire en gros que quand on travaille sur des digitales on va travailler sous des formes de calque. On va dire voilà j’ai un calque pour le crayonner, j’ai un calque pour les couleurs, pour les ombres et tout. En gros comme je travaille sur PSD, si j’ai besoin d’extraire un personnage de ma composition pour créer une autre composition après, ça je peux le faire sur Photoshop.

FRANCK : D’accord.

CYRIL : Et on va créer une autre, c’est ça qui est vraiment bien

FRANCK : Oui ok. Ok c’est hyper intéressant. Et en terme de la composition de tes œuvres que je mettrais un petit peu en lien sur mon site internet, comme ça les gens pourront voir un petit peu ce que tu proposes. La composition, tu utilises des règles de base de composition ? Ou…

CYRIL : Généralement, j’utilise un simple tiers. J’utilise seulement la règle des tiers.

FRANCK : La règle des tiers. D’accord ! Le quadrillage !

CYRIL : La règle des tiers et voilà ! Tout simple, il suffit parfois largement dans 90% des cas, c’est la règle des tiers. C’est facile à dire comme ça mais d’avoir la règle du nombre d’or par exemple pour des visages, pour des choses comme ça. Mais en gros c’est plutôt du « bouch eat » parce qu’à l’arrache et puis essayer d’être à peu près dans le truc, mais c’est vrai que Je ne suis pas technicien, voilà

FRANCK : Pardon ?

CYRIL : Je ne suis pas technicien, je ne suis pas quelqu’un qui va être hyper d’enfieller le truc, je ne suis pas hyper, pointilleux !

FRANCK : Ouais. C’est ce que j’allais dire.

CYRIL : perfectioniste voilà, donc je ne suis pas hyper hyperfectioniste, j’aime bien avoir… Au moment où ça me convient et c’est fini. Voilà j’ai fini je vais me coucher. Je ne suis pas hyper perfectionniste. À dire ici, l’ombre vient ici, donc on va répercuter le machin, il va là dans mon ombrage. Voilà, je fais un ombrage et dans cette composition ça me suffit largement.

FRANCK : Ok. D’accord, c’est très bien. Une personne de mon mailing liste qui m’a posé une petite question sur la composition et sur, justement le fait d’intégrer du texte dans un texte de compte, dans des images en fait justement pour créer un lien de compte. Qu’est-ce que tu pourrais conseiller toi en tant qu’artiste visuel ? Pour justement intégrer du texte dans l’image et où on pourrait intégrer le texte, à quel endroit ?

CYRIL : En fait, tout dépend de ces compositions, on va dire dans le métier télé graphiste

FRANCK : Ouais.

CYRIL : On va avoir ce qu’on appelle une lecture sans Z ou Y

FRANCK : Ouais

CYRIL : Donc, en gros voilà, on en France, c’est-à-dire que l’élément de lecture commence en voie gauche. L’œil, ira toujours dans un premier temps en voie gauche, ensuite de gauche à droite, va descendre jusqu’en bas à gauche et ensuite va aller en bas à droite.

FRANCK : D’accord.

CYRIL : Donc, c’est-à-dire que c’est en fonction de ça que tu vas mettre tes éléments. le texte. Mais en fait, c’est une hiérarchie dans le visuel.  Qu’est-ce qu’on doit voir en premier, qu’est-ce qui doit être important, qu’est-ce qui doit être vu. Si tu as un texte, il faut qu’il soit si le texte est important, c’est-à-dire que si c’est vraiment un blog de texte, il ne faut pas qu’il soit gêné par un élément graphique.

FRANCK : Oui.

CYRIL : D’accord, c’est-à-dire que par exemple une branche qui arrive en arrière-plan et qui va cacher un groupe de mot. Ça ce n’est pas possible, il faut vraiment que ce soit sur des zones claires qu’il soit parce qu’on peut avoir des façons d’amener à la lecture, c’était par exemple justement prenons l’histoire d’une branche. La branche doit amener vers un groupe de mot pour guider l’œil vers ce groupe de mot.

FRANCK : Oui, ok

CYRIL : D’accord ? Après on peut jouer sur le type de police, il faut que ce soit des polices qui soient assez visibles c’est-à-dire que tout ce qui est script, tout ce qui est ce genre de chose peut être mal lu à un moment donné ou alors il faut qu’il y ait un intérêt graphique derrière.

FRANCK : Ok. Est-ce que tu conseilles justement dans l’illustration, de mettre un carré blanc ? Tout simplement il y a le texte ou vraiment faire l’intégration du texte dans une zone un peu plus claire de l’illustration ?

CYRIL : En fait, vraiment ça va dépendre en fait du blog texte que tu veux avoir. Si tu as un énorme blog texte ou tu as du texte qui est très dense. Il vaut mieux une zone blanche et puis le contexte là avec le dessin. Il faut éviter quand même qu’il y ait une interférence entre le texte et le dessin, il faut vraiment le réfléchir en fonction du dessin mais Il faut éviter tout ce qui est interaction et si on a besoin que le texte en fait, fasse partie de l’illustration, il faut qu’il se soit réfléchi en fonction aussi

FRANCK : Ok !

CYRIL : Voilà, et après de réfléchir en termes de visibilité. Si ce n’est pas assez lisible les gens vont se dire qu’il faut un effort supplémentaire et ils ne vont pas les lire. Donc il faut vraiment que ce soit fluide

FRANCK : Ok d’accord, c’est très bien ça permettrait d’aider la personne justement qui m’a posé cette question. Du coup, dans tes 10 années d’illustrateur quel œuvre t’a le plus marqué. Pour toi, que tu as composé

CYRIL : Oui, Que moi j’ai fait.

FRANCK : Ouais, que toi tu as fait ! Mettre en image pour que je puisse mettre sur le site internet pour les gens voit ça

CYRIL : Pas de soucis, alors l’œuvre qui m’a le plus marqué, c’est un dessin que j’ai fait je le 15 novembre 2015

FRANCK : Ah oui ! C’est précis !

CYRIL : Oui, c’est précis parce qu’il s’est passé un truc le, c’était je crois le 13 novembre 2015 qui est la tempête la Pas-de -Calais

FRANCK : Ah. D’accord. Ok

CYRIL : Et j’ai fait ce dessin qui s’appelle Marianne à terre. C’est une Marianne qui est à terre, tuméfiée avec du sang qui coule et puis qui dit ne t’inquiètes je me relève. Et ce dessin a fait, je crois de 155 000 partages sur Facebook, il a fait le tour du monde. Je crois qu’il était publié même sur un truc

FRANCK : Ah ouais ?

CYRIL : Ouais, mais c’est un éditeur qui voulait le publier, je veux te le montrer. Je crois qu’il est sur mon site d’ailleurs mais je ne suis pas sûr qu’il est sur mon site

FRANCK : Oui, tu peux nous le partager

CYRIL : Ouais. Je te l’enverrai et ce truc. C’est un dessin qui n’est absolument pas dans mon style. Moi, c’est des styles qui sont, c’est un style du présent, bienveillant, il y a un peu de sarcasme, mais ce n’est jamais méchant, je ne fais jamais de politique, c’est je ne suis pas du tout militant pour quoi que ce soit

FRANCK : En ta manière de dessiner quoi, je veux dire, tu n’as pas d’avis… Enfin voilà tu dis, tu ne fais pas…

CYRIL : Pour moi voilà, j’ai mon dessin est juste là. Moi ce que j’aime c’est quand il y a quelqu’un qui me dit : «  j’adore tes dessins » ou quand je fais des défis par exemple où je fais un dessin par jour. Généralement ça me fait plaisir d’avoir créé ça puisque ça me donne le sourire au moins tous les matins. Ce genre de chose me plaît plus que partir dans des débats politiques parce que j’ai un dessin là-dessus, je suis dans le divertissement, j’aime bien donner… Voilà les gens aiment mon dessin, ça me suffit en fait, quelque part. Moi je suis dans le divertissement, j’aime bien donner…voilà les gens aiment mon dessin ça me suffit en fait, Mais ce dessin-là, j’avais besoin d’exprimer ça, c’était plus un besoin de me dire il faut que je me vide, c’est ça

FRANCK : Oui !

CYRIL : Et c’était ça qui était sorti à ce moment-là. Je l’ai fait un samedi matin et puis je l’ai diffusé et il est parti ! Et ce que je vois, beaucoup et c’est justement un truc que je me suis aperçu, c’est que sur internet et sur Facebook, c’est beaucoup avec le cœur. Ce n’est pas Facebook ou les réseaux sociaux, c’est un média du cœur, mais ce n’est pas un média du cerveau. C’est-à-dire qu’on ne réfléchit pas avec.

FRANCK : Ouais ! C’est vrai !

CYRIL : Mes dessins sont plus ou moins classiques, moyens au marché, mais dès qu’on va jouer sur la sensibilité des gens, mais ça part en flèche tout de suite c’en est même parfois facile. C’est-à-dire que tu fais un truc sur la politique, vas-y fais le sur les actions en ce moment, c’est génial.

FRANCK : Oui.

CYRIL :Alors j’ai fait un dessin il n’y a pas longtemps, c’est un défi qui m’avait lancé… C’était une amie qui m’avait demandé de dessiner un Batman

FRANCK : Ouais !

CYRIL : qui écrasait un crabe voilà puisque c’est un enfant qui a vaincu le cancer et donc il me fait ce dessin-là et je lui ai envoyé. Et tout de suite ça, c’est un carton

FRANCK : Ouais

CYRIL : Tu vois, c’est-à-dire que c’est des ficelles parfois un peu faciles.

FRANCK : Oui, pour faire le buz, c’est peut-être facile en fait d’utiliser justement ce côté émotionnel tu vois ?

CYRIL : Alors, c’est parfois un peu facile. Alors ça fait prétentieux de dire ça. C’est vrai mais…

FRANCK : Non ! Ce n’est pas prétentieux, mais c’est juste vrai en fait. L’émotion chez les gens ça parle beaucoup en fait. On est des êtres émotionnels donc forcément ça va de pair en fait, une illustration va de pair….

CYRIL : ça va de pair. Mais parfois il y a vraiment sur les réseaux sociaux et c’est ce que je reproche un peu, c’est vraiment ce côté. Il y a des ficelles que beaucoup utilisent parce que justement, c’est facile. Mais c’est normal, il y en a qui sont comme ça. Je connais des illustrateurs qui ont parlé de leur vie. Ca les gens aiment beaucoup, c’est la règle du jeu. Pour ta première question, c’était justement cette illustration-là qui malgré tout, mais pas du tout dans mon style qui est [inaudible]

FRANCK : Oui.

CYRIL : Et qui est mal dessiné je trouve, vraiment pas joli du tout et qui en fin de compte est vraiment une illustration qui a touché tout le monde du fait, des évènements, mais aussi j’ai même des personnes qui m’ont dit ce dessin-là il m’a touché parce qu’on est  tous dans la période de sa vie où on touche le fond pour…

FRANCK : Oui, c’est vrai

CYRIL : Et à un moment donné cette réflexion de dire tu vas voir, attends que je me relève ça va tomber quoi. Beaucoup l’ont pris aussi comme ça et ça m’a vraiment fait plaisir et beaucoup l’ont interprété, il y a beaucoup qui l’ont pris pour des fins politiques. D’ailleurs des fins qui m’apparaissent. Mais franchement je ne pense pas revenir un jour à ce niveau de partage, mais c’était vraiment extraordinaire.

FRANCK : Jamais dire jamais comme on dit ? Oui tu ne verras pas la suite, ok, mais c’est très intéressant. Très bien Cyril, merci beaucoup pour la petite interview, tu voudras rajouter quelque chose toi en particulier ? Parle un petit peu de ton travail actuel, tes projets ? Éventuellement

CYRIL : Oui je peux parler un petit peu de mes projets. Mes projets, c’est plutôt dans les : « raconter des histoires que je vais créer sur les réseaux sociaux ».

FRANCK : Ouais

CYRIL : Voilà ou je vais avec un auteur, parler beaucoup de mon épatement je suis désormais dans les choses

FRANCK : Et donc va parler un peu de Rambo, de continuer sur la vente de mes produits, de mes tableaux et de mes reproductions. Puisque le problème de l’artiste digital, c’est qu’il n’a pas d’originaux, on ne sait pas travailler sur des supports classiques ou forcément je vends des reproductions sur mes réseaux sociaux sur des supports de haute qualité. Mais voilà, c’est un petit peu ce que j’espère. Et essayer de continuer à vivre de ma passion et du dessin

FRANCK : Merci, c’est très bien. Je vais un en lien de toute façon sur ton site pour que les gens voient un petit peu ton travail. Et voilà si jamais tu veux partager un petit bout de ta création originale juste éventuellement, pour que les gens un petit peu voient juste en démarrage en « teasing » d’un des personnages voilà je les mettrai à dispo sur le site pour qu’ils voient un petit peu ton travail, voilà. Cyril je te remercie beaucoup pour cette interview

CYRIL : Merci à toi.

FRANCK : Et puis à très bientôt.

Si vous débutez dans le 9ème art =>commencez ici<=

Vous pouvez suivre mes dessins et poster vos réalisations sur le groupe d’exercice du site en cliquant ici: Objectif bande dessinée les exercices.

Vous pouvez aussi me suivre sur ma page Facebook et la liké: Objectif bande dessinée

J’espère que cette interview vous aura aidé… laissez-moi un commentaire si ça a été le cas pour m’encourager… 🙏  🙏  🙏 

Merci beaucoup!!! 🙂

Matériel utilisé pour faire mes podcast:
Surface book Pour monter l’émission et pour l’écrire;
Synco lav-S6M Pour enregistrer ma voix petit micro pas chère et très efficace.

Matériel utilisé pour mes dessins:
Ipad pro et son pencil.

Le titre du jiggle:

Titre: Paris La Nuit
Auteur: A Virtual Friend
Source: https://soundcloud.com/avf
Licence: https://creativecommons.org/licenses/by/3.0/deed.fr
Téléchargement (10MB): https://auboutdufil.com/?id=595

Si vous avez aimé l'article vous êtes libre de le partager :-)

Laisser un commentaire